La véritable histoire de Saint Nicolas et du père Noël

A mon ami Flytox

Un petit peu d'histoire...

Le personnage de Saint Nicolas est un personnage qui a bel et bien existé.  Il provient de Nicolas de Myre appelé aussi Nicolas de Bari. Né à Patara au sud ouest de l'actuelle Turquie (à l'époque Asie mineure) entre 250 et 270 après JC, il fut le successeur de son oncle l'évêque de Myre. Il fut bienveillant et généreux vis-à-vis de la population locale. L'empereur Dioclétien régnant alors sur toute l'Asie mineure poursuivant cruellement les chrétiens, entraîna l'emprisonnement de St Nicolas qui fut contraint de vivre, par la suite, un certain temps en exil. En 313, l'empereur Constantin rétablit la liberté religieuse, et St Nicolas put alors reprendre sa place d'évêque. Saint Nicolas serait décédé un 6 décembre 343, victime de persécutions sous l'Empire Romain, d'où la date de sa fête. Il fut enterré à Myre, mais ses ossements furent volés en 1087 par des marchants italiens qui les emportèrent à Bari en Italie.

Il est le saint patron des enfants, des veuves et des gens faible. Les miracles attribués à St Nicolas sont si nombreux qu'il est aujourd'hui le Saint patron de nombreuses corporations ou groupes tels que les enfants, les navigateurs, les prisonniers, les avocats, les célibataires ou les personnes qui travaillent à aider ces enfants, veuves et gens faible (N.B. ce qui inclus des pans entiers de l'administration).

Saint Nicolas avait pour penchant de vouloir faire le bien aux plus défavorisés.  C'est pourquoi, en période de frimât, il avait pour habitude de passer la nuit distribuer des colis de nourriture, vêtements et jouets qu'il laissait devant l'entrée des logements des gens qu'ils savaient être dans le besoin.  Ceci donnera naissance plus tard à la légende des cadeaux.

Le grand saint, évêque donc de son état, a également, selon les textes les plus anciens, été voir un boucher, auprès duquel il a plaidé la clémence de ses trois petits enfants qui, par punition, avaient été enfermés dans le saloir à viande dudit boucher, pour les faire libérer.  Ce qu'il réussit.  Ceci donnera naissance plus tard à la légende des enfants au saloir, hachés menus ou non selon la variante de la légende.

La légende de saint Nicolas est passé de l'Asie mineure (Turquie) à l'Europe via l'Italie où on le fit débarquer d'une caravelle à Venise (et l'on retrouve cet aspect aussi dans l'arrivée de St Nicolas aux Pays-Bas), on lui adjoint un valet noir, must pour l'époque (d'avoir un servant noir) pour quelqu'un de sa stature. Plus tard, la légende remontant vers le nord de l'Europe via la République Tchèque, le Nord-Est de la France, l'Allemagne, la Pologne jusque la Finlande, s'adjoint tout une série d'attributs symboliques tels les distributions de bonbons plutôt que de bienfaits en pays slave, le décor de "Noël" avec sapin, boules et compagnie en Alsace, la circulation en Finlande sur un renne plutôt qu'à pied. Renne qui devient âne avec l'arrivée de la légende en Arménie/Bulgarie et cheval avec l'arrivée de la légende aux Pays-Bas.

Saint Nicolas fut vénéré en Allemagne dès le Xème Siècle et c'est là que la journée du 6 décembre fut ainsi choisie comme le jour de la fête des commerçants, des boulangers et des marins.

Saint Nicolas est ainsi souvent accompagné du Père Fouettard (le valet noir) qui, vêtu d'un grand manteau noir avec un grand capuchon et de grosses bottes, n'a pas le beau rôle puisqu'il distribue des coups de triques aux enfants pas sages et donne aussi parfois du charbon, des pommes de terre et des oignons. Le Père Fouettard porte quelquefois des cornes et une queue dans l'iconographie populaire.

La légende traversa dès le 16ème siècle l'atlantique avec les colons parti aux Amériques, où il "s'américanisa" pour nous revenir, avec la première guerre mondiale, sous la forme de Santa (Ni)Claus, le père Noël, version déchristianisée de St Nicolas, l'âne devenu carriole (puis plus tard, traineaux et rennes par un étrange retour aux sources), sa fête étant volontairement placée en concomitance avec celle de la naissance de Jésus Christ pour faire contrepoids à l'Eglise.

La couleur définitive de son costume provient d'une publicité dans le début des années 1950 (1954 ?) de la célèbre marque de soda américain qui, pour sa publicité, donna les couleurs de sa marque au père Noël.  Ce qui finalement resta.

Le sapin décoré du nord de l'Europe (Alsace et autres) qui est associé à cette fête va aussi, au cours du temps, petit à petit rentrer à l'intérieur des maisons plutôt qu'à l'extérieur et sa décoration changer pour des produits moins périssables qu'à l'origine (boules de verre remplaçant les pommes lors d'une année de disette en pommes, guirlandes remplaçant la neige, étoiles remplaçant les biscuits secs à la cannelle, ...).

Aujourd'hui, le père Noël représente non seulement le bonhomme débonnaire qui distribue des cadeau aux enfants le 25 décembre mais aussi un certain esprit de paix et de solidarité entre les hommes.

Mais aujourd'hui encore, Saint Nicolas, l'original donc, est fêté dans un grand nombres de pays d'Europe et d'Asie : en Italie, Suisse, Autriche, Allemagne, Luxembourg, Belgique, France, Pays-Bas, Pologne, République Tchèque et d'autres encore tel la Russie …

Dans la nuit du 5 au 6 décembre, il passe dans les maisons pour apporter aux enfants sages différentes friandises (fruits secs, pommes, gâteaux, bonbons, chocolats et surtout, de grands pain d'épices représentant le St Évêque).

 

Retour à la table des matières

© Michel De Meerleer. Cr Date : 02/12/2007, Last Update : 05/11/2010